Les étapes avant la souscription d’un credit

Avant de souscrire un prêt auprès d’un organisme de crédit, quelques étapes semblent nécessaires : faire un bilan financier de votre situation ; comparer les offres de crédit.

Avant la souscription d’un prêt : Le bilan financier

Vous devez absolument faire votre bilan financier. Ce bilan vous permettra d’évaluer vos capacités financières actuelles. Calculez le total de vos ressources (salaires, allocations, pensions…) et de vos dépenses (logement, électricité et gaz, téléphone, dépenses courantes…) de l’année écoulée, et introduisez-y les prévisions à venir (nouveaux frais de scolarité, augmentation de salaire…).
S’il reste un excédent que vous épargnez actuellement, vous devriez pouvoir être à l’aise dans vos remboursements. Si, au contraire, la différence est nulle, n’espérez pas améliorer votre situation en contractant un crédit, car vous devrez alors ajouter les mensualités du remboursement à vos dépenses.

Notre outil de calcul de la capacité d’achat vous aidera à évaluer avec précision votre budget et le montant que vous pouvez allouer au remboursement d’un crédit.

Beaucoup vous parleront de la règle des « 30 % » : vos dettes doivent s’élever à 30 % de votre budget. Cette règle n’est absolument pas fixée par la loi. Elle est censée vous permettre, en limitant vos dettes à 30 % de votre budget, de continuer de vivre correctement, sans consacrer la totalité de vos ressources à des remboursements de créanciers.

La comparaison des offres crédits

Avant de souscrire une offre de crédit auprès d’un organisme, comparez attentivement toutes les propositions en vous basant sur les TAEG proposés, le coût de l’assurance facultative, les frais de dossier…

TAEG
Le Taux Annualisé Effectif Global (TAEG) est un taux d’intérêt qui inclut la totalité des frais liés à un crédit : frais de dossier ; frais d’assurance.
Le TAEG doit obligatoirement figurer sur votre offre préalable de crédit. Il correspond à la rémunération perçue par l’organisme de crédit sur l’argent qu’il vous prête.
Le TAEG doit pouvoir vous permettre de comparer les offres de crédits sur un critère objectif.
En effet, un taux nominal faible n’est pas pour autant synonyme d’un faible coût réel de crédit, car les frais de dossiers et les frais d’assurance peuvent être plus élevés.

Attention : bien que le TAEG soit censé inclure le coût de l’assurance, cette assurance étant facultative, la plupart des organismes de crédit l’excluent du TAEG indiqué dans l’offre préalable de crédit.

Coût de l’assurance

Le coût de l’assurance facultative varie selon les organismes de crédit.
Une notice d’information sur ce qu’elles comprennent – et les situations exclues de la prise en charge par l’assureur – doit vous être remise au moment de la souscription du crédit.

L’assurance décès invalidité

Elle vous protège en cas de décès, d’invalidité et d’incapacité de travail. En cas de décès, elle s’engage à rembourser le capital restant. En cas d’incapacité ou d’invalidité, elle remboursera (soit totalement, soit partiellement) les mensualités, pendant votre arrêt de travail.
Elle ne prend pas en compte les congés maternité, les suicides…
Elle est souvent exigée par les organismes de crédit et sert de garantie.

L’assurance perte d’emploi

Assurance facultative qui rembourse à votre banque les mensualités de votre crédit en cas de perte d’emploi.
Elle ne prend pas en compte la fin d’un CDD, le licenciement pour faute ou la démission. Sachez qu’une période de carence (pouvant aller jusqu’à un an) est généralement de rigueur, après la signature du contrat d’assurance : si vous êtes licencié pendant cette période, vous ne toucherez aucune indemnité.
Enfin, selon les organismes de crédit (et les assureurs), un délai de franchise peut être applicable : vous ne percevrez pas d’indemnité le jour même de votre licenciement, mais après un délai de plusieurs jours (voire plusieurs mois).

Montant des frais de dossier

Prenez également en compte, lors de votre comparaison, les frais de dossiers : s’ils sont effectivement inclus dans le TAEG proposé, il est plus simple de savoir exactement à combien ils s’élèvent afin de comparer les offres, d’autant que certains organismes n’en perçoivent pas.